Zatoichi

Le matabi no mono

La série Zatoichi appartient au matabi no mono, sous-genre du yakuza eiga consacré aux gangsters errants. Deux des plus célèbres représentants du genre sont le Yojimbo (1961) et le Sanjuro (1962) de KUROSAWA. Le genre a également été abordé par ICHIKAWA Kon dans Errance (1973).

De Shiranui à Zatoichi

En 1960, KATSU Shintaro joue déjà les masseurs aveugles pour le futur contributeur de la série MORI Kazuo: c'est Le Masseur Shiranui, personnage non sans de gros points communs avec Zatoichi. Masseur aveugle, Shiranui compense aussi son handicap par des dons sensoriels exceptionnels. Mais là où le grand frère Zatoichi se révèlera aussi ambigü qu'attachant, Shiranui use de son talent à des fins moralement bien moins recommandables. Deux ans après, KATSU inaugura la "légende" de Zatoichi sous la direction de MISUMI. D'une valeur historique indéniable pour le fan de la saga Zatoichi, Le Masseur Shiranui a été montré lors de la Rétrospective Zatoichi de La Maison du Japon en 2006.

Le mythe Katsu

Portrait KATSU Shintaro

Les Réalisateurs

Tournée à un rythme de travail stakhanoviste, la saga donna lieu à des contrbutions de cinéastes emblématiques du système de studios japonais: les artisans MORI Kazuo (3 volets), IKEHIRO Kazuo (3 volets), TANAKA Tokuzo (3 volets) et le tâcheron YASUDA Kimiyoshi (6 volets). Mais aussi des figures de premier plan du cinéma japonais de l'époque : le cinéaste de gauche YAMAMOTO Satsuo (1 volet), le symbole de la rénovation du chambara dans les années 60 OKAMOTO Kihachi (1 volet) et enfin surtout MISUMI Kenji (6 volets). Parmi ses contributions, on trouve quelques épisodes faisant partie du haut du panier de la saga: ces derniers ont souvent soit incarné une synthèse des volets les précédant, soit souligné des facettes ambigues du personnage Zatoichi. Enfin, KATSU himself est passé derrière la caméra le temps de 2 volets.

Les studios de production

La DAIEI a produit la majorité des volets de la série de son volet inaugural de 1962 au 22ème volet de 1971. La sortie de ce dernier (Zatoichi contre la Sabreur Manchot) coïncidait avec la faillite de la compagnie. Mais à partir du 16ème volet (Le Justicier), Katsu Productions, société de production de KATSU Shintaro, fut coproducteur de la série. La compagnie produisit également la série télévisée Zatoichi et le 26ème volet. A partir du 23ème volet (Voyage à Shiobara) et jusqu'au 25ème (Retour au pays natal), la TOHO remplace la DAIEI comme producteur. La Shochiku distribua la volet 26 de 1989 ainsi que le Zatoichi kitanien de 2003.

L'évolution du personnage au cours de la saga

Le nom du personnage Zatoichi est en fait Ichi. Zato est un titre représentant le plus bas des 4 rangs de la Guilde Historique des Aveugles, la Todoza. Du coup, Ichi est appelé Zato No Ichi ("Ichi l'aveugle de dernier rang") abrégé en Zatoichi. Zatoichi est un yakuza aveugle errant à travers le pays et vivant de ses gains de jeu. Il se ballade avec un canne-épée en lieu et place du traditionnel katana. Il compense son absence de vue par l'utilisation de son odorat et de son ouie. Très talentueux aux dés, il l'est tout autant comme masseur. Figure démasquant l'absence de sens moral de ceux qu'il croise, Zatoichi va apparaître comme une figure de plus en plus ambigue et complexe. Figure porteuse de désir de justice sociale dans certains volets de la saga, il sera humanisé par ses rencontres avec des enfants auxquels il témoignera de tendresse et d'attention. Son rapport aux femmes se situe souvent sur le terrain de l'amour rendu impossible par sa condition errante. Ceci dit, la prise progressive de pouvoir de KATSU dans la saga révèlera un autre rapport aux femmes du personnage: celui d'un jouisseur, proche en cela de ce qu'était l'acteur dans la vraie vie. Pour toutes ces raisons, Zatoichi porte la marque des époques du cinéma populaire nippon traversées par la saga (ambiguité synchrone de la déshéroisation du chambara dans les années 60, mièvrerie et enjeux thématiques parfois proches du ninkyo eiga, grotesque proche du western spaghetti et des Babycart naissants...).

Zatoichi face aux mythes

A l'instar d'un Godzilla affrontant King Kong dans le King Kong contre Godzilla de 1962, Zatoichi affronta au cours de la saga d'autres figures mythiques. Au début des années 70, MIFUNE et KATSU étaient tous deux producteurs et s'étaient engagés à jouer dans une production de l'autre. KATSU apparut dans Ambush at blood pass (1970), une aventure de Yojimbo, tandis que MIFUNE joua dans le Zatoichi contre Yojimbo (1970) d'OKAMOTO Kihachi. Suivant la tendance au crossover du cinéma populaire italien et d'une partie du cinéma populaire japonais en ces seventies naissantes, Zatoichi affronta en 1971 le mythique Sabreur Manchot de CHANG Cheh campé par Jimmy WANG Yu dans un volet signé YASUDA Kimiyoshi. Mais l'addition de deux mythes s'est à chaque fois révélée soustraction: la confrontation Zatoichi/Yojimbo n'est pas plus creusée chez OKAMOTO que le choc culturel dans le film de YASUDA. Les belles rencontres de mythes ne font pas les grands films à elles seules...

La série épisode par épisode

Lorsque les épisodes ont fait l'objet d'une édition zone 2 en France, le titre français est également mentionné.

Zatoichi 01: The Tale of Zatoichi / La Légende de Zatoichi: Le Masseur Aveugle (1962)
Zatoichi 02: The Tale of Zatoichi continues (1962)
Zatoichi 03: The Blind Swordsman's Return (1963)
Zatoichi 04: Crazy Journey (1963)
Zatoichi 05: Fighting Journey (1963)
Zatoichi 06: The Chest of Gold / La Légende de Zatoichi: Mort ou vif (1964)
Zatoichi 07: A Tough Kite (1964)
Zatoichi 08: Fight, Zatoichi, Fight / La Légende de Zatoichi: Voyage Meurtrier (1964)
Zatoichi 09: Adventures of a Blind Man (1964)

Zatoichi 10: Blind Swordsman's Revenge (1965)
Zatoichi 11: Doomed Man (1965)
Zatoichi 12: The Chess Expert / La Légende de Zatoichi: Voyage en Enfer (1965)
Zatoichi 13: Vengeance (1966)
Zatoichi 14: The Blind Swordsman's Pilgrimage (1966)
Zatoichi 15: Cane-sword (1967)
Zatoichi 16: Breaks Jail / La Légende de Zatoichi: Le Justicier (1967)
Zatoichi 17: Challenged / La Légende de Zatoichi: Route Sanglante (1967)
Zatoichi 18: A Letter of Challenge / La Légende de Zatoichi: Le Défi (1968)
Zatoichi 19: Fighting Drums / La Légende de Zatoichi: Les Tambours de la colère (1968)
Zatoichi 20: Zatoichi meets Yojimbo / La Légende de Zatoichi: Zatoichi contre Yojimbo (1970)
Zatoichi 21: Goes to the Fire Festival / La Légende de Zatoichi: Le Shogun de l'ombre (1970)
Zatoichi 22: Meets the One Armed Swordsman / La Légende de Zatoichi: Zatoichi contre le sabreur manchot (1971)
Zatoichi 23: At Large / La Légende de Zatoichi: Voyage à Shiobara (1972)
Zatoichi 24: Desperation / La Légende de Zatoichi: La Blessure (1972)
Zatoichi 25: A Blood Festival of Kasama / La Légende de Zatoichi: Retour au pays natal (1973)
Zatoichi 26: Darkness is His Ally - Legend of Zatoichi (1989)

Zatoichi sur petit écran

Après avoir quitté le grand écran en 1973, Zatoichi réapparaît sur le petit écran en 1974. La série télévisée comporte toujours KATSU dans le rôle-titre et s'étend sur quatre saisons: Saison 1 de 26 épisodes (1974), Saison 2 de 29 épisodes (1976), Saison 3 de 19 épisodes (1978), Saison 4 de 26 épisodes (1979). A la fin de la série, Zatoichi retrouve la vue mais ne peut plus combattre avec son sabre. Alors que de retour sur grand écran on le reverra aveugle et toujours aussi tranchant... Parmi les réalisateurs de la série, on compte des réalisateurs des Zatoichi cinéma (TANAKA Tokuzo, MORI, MISUMI, YAUSDA, KATSU himself) mais également l'artisan KURODA Yoshiyuki et le grand de la Nouvelle Vague TESHIGAHARA Hiroshi. KATSU et TESHIGAHARA avaient d'ailleurs déjà collaboré sur Le Plan Déchiqueté (1968), adaptation au cinéma du roman d'ABE Kobo, KATSU y campant un détective payé pour retrouver un disparu.

Retours sur grand écran: ultime volet et résurrection kitanienne

Alors que les années 80 avaient sonné le glas du système de studios dont la saga fut un emblème, KATSU fait refaire un tour de piste à Zatoichi en 1989 pour un volet qu'il joue, produit, réalise et coscénarise. Etant déjà passé derrière la caméra sur un 24ème volet (La Blessure) au sadisme très western spaghetti, il offre un volet compilant sur près de deux heures tous les éléments ayant fait le succès de la franchise. Mais les frasques de KATSU fils (qui tua accidentellement un figurant sur le tournage et sera acquitté) et père (arrestation en 1990 pour posession de drogues portant un sérieux coup d'arrêt à sa carrière d'acteur) éclipsèrent ce volet. Le personnage de Zatoichi hiberna alors jusqu'à la reprise en main kitanienne de la saga de 2003. Dans sa récréation gras double Getting Any?, le cinéaste parodiait déjà la série en montrant un tournage d'un volet de la saga "tournant" mal. C'est là que va intevenir une figure très prisée du show business nippon: la septuagénaire SAITO Chieko. Propriétaire d'un club de strip tease de l'Asakusa natal de KITANO, elle avait KATSU comme client régulier. Après la mort de KATSU en 1997, elle souhaitait qu'un nouveau Zatoichi voie le jour. Ayant fait la connaissance de KITANO, elle lui propose de relever le défi, ce qu'il accepte. Pas vraiment fan des Zatoichi originaux, KITANO va offrir une relecture entre respect de l'esprit de la série (les personnages hauts en couleur, les ruptures de tons, le mélange des genres) et inconoclasme (la chevelure blonde peroxydée du Zatoichi kitanien, le final clin d'oeil à Dancer in the dark). Inégal, ce volet permet néanmoins à KITANO de sortir son personnage cinématographique de la redite et se distingue par des combats avec geysers de sang numériques en option rivalisant avec succès avec une certaine efficacité hollywoodienne. Et le film fut un triomphe au Box Office japonais.

Enfants aveugles

En pleine vogue seventies du crossover, Zatoichi fit des émules du côté de l'Italie avec le western spaghetti Blindman, Le Justicier Aveugle (1971) de Ferdinando BALDI: un pistolero aveugle se ballade à cheval avec une Winchester en guise de canne et a un contrat pour récupérer un convoi de 50 femmes dans ce film au casting duquel on trouve le batteur des Beatles Ringo STARR (!!). Plus récemment, un Vengeance Aveugle (1989) signé Phillip NOYCE mettait en scène Rutger HAUER en vétéran du Viet Nam aveugle expert des armes blanches venant au secours d'un jeune garçon sur fond de scénario "remakant" le volet 17 de la saga, l'habitué des B movies d'actions US des années 80 KOSUGI Sho y allant aussi de son cameo.

Zatoichi sur les planches

En 1966 (pleine vogue de la série cinématographique), HIRATA Hiroshi a donné une version manga du mythe Zatoichi. Elle est disponible en France chez Akata/Delcourt.

Manga Zatoichi

Zatoichi en DVD

14 volets de la série ont été édités en DVD zone 2 français par Wild Side dans des DVD de très bon niveau d'ensemble. Cette sélection d'épisodes considérés par l'éditeur comme les plus intéréssants et/ou emblématiques de la saga comporte l'intégralité des contributions de MISUMI à la saga, ce dernier étant probablement le plus inspiré des "contributeurs" de la série. Elle contient également entre autres l'excellent volet Le Justicier de YAMAMOTO Satsuo et les deux face à face de légende Zatoichi/Yojimbo et Zatoichi/Sabreur Manchot. Les complétistes devront se tourner vers le zone 1 américain pour découvrir 11 des 12 autres épisodes. A l'exception du très bon 26ème volet sorti en zone 1 chez Tokyo Shock et du 14ème volet disponible ni en zone 1 in en zone 2, les autres sont sortis chez l'éditeur américain HVE. Concernant le volet 14, MIRAMAX avait acheté il y a quelques années les droits américains du film. A cette époque, Quentin TARANTINO aurait en effet souhaité le remaker. Entre temps, le Zatoichi kitanien a vu le jour et a été distribué en salles et en DVD par MIRAMAX aux Etats Unis. Le projet tarantinien serait donc en standby depuis. Vu que MIRAMAX et DISNEY ont splitté entre temps, une édition DVD américaine du film semble assez improbable. Outre le volet 26, Tokyo Shock a également édité la série télévisée Zatoichi. Le Zatoichi kitanien est lui sorti en zone 2 français chez Wild Side.

DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Le Masseur Aveugle
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Mort ou vif
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Voyage Meurtrier
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Voyage en Enfer
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Le Justicier
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Route Sanglante
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Le Défi
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Les Tambours de la colère
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Zatoichi contre Yojimbo
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Le Shogun de l'ombre
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Zatoichi contre le sabreur manchot
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Voyage à Shiobara
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: La Blessure
DVD zone 2 La Légende de Zatoichi: Retour au pays natal
DVD zone 2 Zatoichi édition régulière
DVD zone 2 Zatoichi édition collector  

Sources Paragraphes "Les studios de production", "Zatoichi sur petit écran", "Enfants aveugles" et explication du nom Zatoichi dans paragraphe "L'évolution du personnage au cours de la saga": En.wikipedia.org

date
  • juin 2012
crédits
Série