Black Jack


On va faire fissa comme dirait mon père, comme ça ce sera plus simple. Parce que « fissa papa », il paraît que c’est plus simple. Oui, elle est un peu nulle celle-là. Tant pis, je garde. A l’occasion de la sortie en DVD des OAV made in Osamu Dezaki de Black Jack (ブラック・ジャック, prononcer "Burakku Jakku!"), penchons nous un peu sur ce personnage de fiction, fascinant parce qu'hors normes. Comme le poulet.

Retour aux sources


Le manga d’Osamu Tezuka fut publié au Japon à partir de 1973 dans « Shonen Champion ». Alors qu'il n’était encore qu’un jeune enfant, Black Jack, de son vrai nom Kuro Hazama (間 黒男), sauta sur une mine avec sa mère. Lui seul survécut. Son corps en lambeaux fut miraculeusement « réparé » grâce aux soins chirurgicaux du Dr Jotaro Honma. Depuis l’accident, Kuro porte sur son visage les cicatrices de son opération, une balafre à la croisée des chemins de celle d’Albator (1978) et des nombreuses coutures ornant le monstre de Frankenstein. Cette marque allait définir sa vie, faite d’aventures exaltantes et d’expériences médicales fantastiques. Ce sauvetage exceptionnel fut la raison principale pour laquelle Kuro décida de devenir chirurgien. Plutôt que d’obtenir sa licence, il préféra opérer dans les ténèbres et l’anonymat. Un statut social reconnu l’aurait, selon lui, obligé à s’afficher et suivre certaines règles. Comme ne pas ruiner ses patients avec des honoraires prohibitifs par exemple, même si la récente série animé "Black Jack 21" a paraît-il changé la donne, préférant le voir rayé de l’ordre des médecins par des confrères jaloux. Révisionnisme fictionnel caractérisé ou, plutôt, sources hypothétiquement foireuses ?.. Bref, pour ne pas avoir à se poser ce type de question,  Black Jack vit maintenant loin de la ville, dans une clinique privée située au bord d’une falaise, près d’une mer sans cesse agitée...

Pinocchia


A l'origine, Pinoko (ピノコ), l'assistante de Black Jack, était une "tumeur" vivant à l'intérieur de sa soeur jumelle d'a priori 18 ans mais l'âge réel de Pinoko reste ambigu. Black jack a opéré la séparation puis construit un corps pour Pinoko, un exo-quelette en plastique. Elle a ensuite été rejetée par sa soeur puis adoptée par Black Jack. Depuis, elle se voit comme une femme et est amoureuse du docteur. Lui, de son côté, la traite comme sa propre fille. Le nom "Pinoko" fait certainement référence au Pinocchio de Carlo Collodi.

Une ch'tite analyse?


L’univers de Black Jack est riche, parfois trop, et multi-genre, parfois trop. Mais l’imagination y est débordante, certes foutraque et inégale (c’est du Tezuka), mais envahie de bonnes intentions perceptibles (c’est du Tezuka), ainsi que d’une absence de manichéisme bienvenue même si parfois toute relative. Les réflexions y sont toujours humanistes et l’aspect froid purement médical, systématiquement lié à des études de mœurs et autres situations psychologiquement torturées, aboutit, par l’enchaînement des épisodes, à une sorte de sentiment sans doute proche de ce que ressent Black Jack lui-même : une indifférence liée à l’expérience, auto-contrée par des principes d’humanité glorifiant l’âme. BJ est un homme, un vrai de vrai.

Du Black Jack en vrac


Osamu Dezaki, émule de Tezuka, a lancé sa série d’OAV via le studio « Tezuka Production » en 1993. Black Jack a paraît-il été adapté en live ( ?), ainsi qu’en comédie musicale, cette fois par la troupe de théâtre féminine de Takarazuka. Fin 2006, un jeu vidéo, « Black Jack Hi no Tori Hen », est sorti sur la Nintendo DS (import). Le manga reste le troisième plus célèbre de son auteur, après "Astro Boy" et "Le Roi Léo".

Flash Black (Jack) chez Cinemasie


- 1973 - Black Jack, le manga originel d’Osamu Tezuka.
- 1993 - OAV 1 : La dernière victime de la Kimaïla
- 1994 – OAV 2 : Le jeu de la procession funéraire
- 1994 - OAV 3 : Les décorations de Maria
- 1995 - OAV 4 : Anorexie pour deux médecins au noir
- 1996 - OAV 5 : La chouette de San Merida
- 1996 - OAV 6 : La dame des neiges
- 1996 - Black Jack le film d'Osamu Dezaki
- 1998 - OAV 7 : Un serviteur de Dieu
- 1999 - OAV 8 : Le protecteur
- 2000 - OAV 9 : Une tumeur à visage humain
- 2000 - OAV 10 : La sirène
- 2002 - Say hello to Black Jack. Un manga / dérivé du personnage Black Jack
- 2003 - Black Jack Special: The 4 Miracles of Life. Makoto Tezuka, fils de, reprend les rênes du personnage et concocte un faux long métrage de 2h, composé de 4 épisodes de 30mn. 4 histoires renommées, issues du manga.
- 2004 - Black Jack. Série de Makoto Tezuka.
- 2005 - The two doctors of darkness. Makoto Tezuka se lance dans le long métrage.
- 2006 - Black Jack 21. Autre série consacrée à Black Jack, toujours sous la férule de Makoto Tezuka.

Sites et citer sources, si t'es sourd t'es pas aveugle?


- blackjack.jp/   Site officiel, en japonais dans le texte.
- www.ytv.co.jp/bj/  Idem. Axé sur la série TV.
- en.tezuka.co.jp/ Site officiel sur Osamu Tezuka. En anglais.
- tezukainenglish.com/ Site non officiel, également consacré à Osamu Tezuka. En anglais.
- en.wikipedia.org/wiki/Black_Jack_%28manga%29: page en anglais - exhaustive? - sur BJ
- animenewsnetwork.com. Site référence, en anglais, sur l'animation jap'
- "Manga", excellent livre de Paul Gravett, consacré aux... mangas.


Shubby / Arnaud Mirloup

date
  • avril 2007
crédits
Série