ma note
-/5

moyenne
3.31/5

Arrietty le petit monde des chapardeurs

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 1nombre de notes: 5nombre de notes: 3nombre de notes: 2nombre de notes: 0

les avis de Cinemasie

4 critiques: 3.44/5

vos avis

7 critiques: 3.43/5



Arno Ching-wan 3.25 Je te souhaite tout le bonheur du monde (refrain connu)
Astec 3.25 Fais Arriette à Toto....ro
Junta 3.75 Joli conte avec une fin bien sombre.
Xavier Chanoine 3.5 La jolie fable d'une relève à la hauteur
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Je te souhaite tout le bonheur du monde (refrain connu)

Je me souviens de films estampillés Disney qui reprenaient des sections d'animations entières d'un film à l'autre (Le livre de la jungle > Robin des bois). On retrouve ça ici, avec ce gars qui, timide, donne un truc à la fille en mode copié/collé du passage de parapluie dans Totoro. Ca donne le ton : nous voilà désormais dans de la formule appliquée - avec un Miyazaki même pô encore mort.

Ca se laisse bien voir. Les gosses aiment bien, ça dure 90mn, c'est posé et incarne un beau contrepoint à l'hystérie jeunesse que l'on peut voir ailleurs. Si j'ai adoré la bande-son -  lors de la1ère visite chez les humains avec le papa mini-pousse on s'y croirait franchement - la musique salement monocorde lisse le tout au niveau d'une simple promenade, agréable mais anecdotique. La harpe celtique invoque-t-elle le petit-peuple irlandais ? Pourquoi pas, mais dans une scène de suspense, c'est pour le moins décalé, non ?
"Coooool, tout va bien les enfants, il ne va rien de passer de graaave. Z'y va, fais tourner les feuilles".

On se croirait sur "Zen TV" en train de zieuter un programme anti-stress à base de nature, de vent etc. Un film Feng Shui, voilà, qui semble déjà regarder d'un oeil compétitif les niaiseries en plein essort d'un Makoto Shinkai et qui, du coup, s'en va dangereusement frôler l'auto-parodie. Tout cynisme mis de côté, ça fonctionne gentiment.

27 mai 2018
par Arno Ching-wan




Fais Arriette à Toto....ro

Un Ghibli light, de quoi garantir à son "jeune" réalisateur un décollage en douceur dans le monde de la réalisation. Pas de fautes de goût, scénario intelligent et sensible empreint de mélancolie, pas de manichéisme, quelques moments de poésie visuelle, quelques séquences vraiment prenantes, une bande son réussie, un spectacle agréable. Arriette n'est pas la grande réussite que laissait augurer l'accueil du film au Japon. Il est certes meilleur que la première tentative de Gôro Miyazaki avec Les contes de Terremer, car bien mieux défini en tant que projet, mais la personnalité en moins par rapport à ce dernier. YONEBAYASHI Hiromasa a fait ses gammes - une scène d'action, une intimiste, une envolée poétique par-ci, une bouffée d'humanisme par là, un sentiment écologique par là-bas... - de réalisateur et son rapport de stage est très prometteur. Ghibli peut enfin commencer à souffler, il y a encore de l'espoir pour l'après Miyazaki/Takahata. Pour peu que le prochain long de Gôro soit au moins de la même tenue... Un film pour lequel il est difficile de s'enthousiasmer, sans génie mais avec du talent. Attention quand même à ne pas accoucher de réalisateurs "eunuques" incapables d'imprimer leur sensibilité créatrice à l'oeuvre. On attend maintenant d'YONEBAYASHI qu'il enclenche la vitesse supérieure pour son prochain long. Et plus généralement, après avoir laissé filer des KATABUCHI Sunao ou HOSODA Mamoru pour cause d'hyper-contrôle excessif, on attend également que le studio Ghibli nous démontre maintenant, film d'un nouveau nom à l'appui, qu'il a cette capacité à se révolutionner nécessaire à tout passage de flambeau réussi. Sinon le studio risque dfort e rester l'éternel coin de passage formateur d'animateurs prometteurs qui vont ensuite voir ailleurs s'ils y sont quand il s'agit de passer à la réalisation, par exemple chez Madhouse...

05 mars 2011
par Astec




La jolie fable d'une relève à la hauteur

Arrietty est le beau conte que l’on attendait du studio Ghibli et qui ne soit pas signé Miyazaki « grand Manitou » Hayao. Dernièrement, il fallait retourner au très inégal Contes de Terremer du fils Goro pour voir ce que la nouvelle génération de réalisateurs maison avait dans le ventre, et force est de constater que le résultat n’était pas tout à fait à la hauteur des émerveillements auxquels le studio nous a habitués jusque-là. Oui mais voilà, Yonebayashi Hiromasa -animateur sur les derniers bijoux du studio- est passé par là pour rappeler aux éventuels contestataires que la relève a du potentiel.

Ce potentiel on le doit déjà en partie à Miyazaki Hayao qui a su adapter, malgré un léger passage à vide aux trois-quarts, le conte enfantin de Mary Norton. Mini-pouces consistants malgré leur petite taille, personnages humains rondelets comme il faut, justesse dans l’émotion et fine poésie qui émane de la plupart des plans. Le film réussit dans son écriture à ne jamais rendre cette même poésie trop « facile » ou « mièvre » car derrière ce petit monde de chapardeurs coloré se cache une certaine forme de douleur. Entre le refus net des deux peuples à vivre ensemble (l’un se cache, l’autre traque), plane la menace permanente de laisser l’abri des chapardeurs à l’abandon en cas de découverte (où se reloger ? Éternelle question). Comme aussi cette décoration de maisonnette fictive jusqu’aux fenêtres faisant mine de donner vue sur des décors tout aussi fictifs, comme cette mer qui n’est pour l’instant qu’un rêve, et l’opération du cœur que va bientôt subir le jeune garçon Sho, l’un des rares personnages humains à vouloir approcher les petits être sans envie de capture. Sho représente une espèce d’espoir « éphémère » pour Arrietty, pas tout à fait sûr de voir le jour se lever après opération. D’où ce doute qui plane sur le sort réservé à ces petits-êtres qui sont amenés à disparaître petit à petit. La faute à qui ? Aux humains qui s’en battent toujours autant de l’environnement. Cette obscurité permanente qui règne sur Arrietty, jusque dans ses décors figés, presque pétrifiés par l’enjeu qui est entrain de se jouer, renvoie à l’alerte lancée par Miyazaki depuis les tous jeunes jours du studio, message que n’aura jamais laissé de côté son auteur même dans ses fresques les plus épiques, Princesse Mononoké en tête.

Arrietty a beau être un conte pour petits et grands, il représente toute de même ce que l’on a vu chez Ghibli de plus sombre, sans toutefois aller jusqu’à parler de dépressif (le film contenant ses jolis moments aériens particulièrement réjouissants), depuis belle lurette. L’utilisation de l’espace en forme de huit-clos donne aussi au film des allures de prison, trou à rat tout aussi peu rassurant que le dehors où attendent là, sagement postées, de grosses bébêtes affamées. Mais comme très souvent chez les productions Ghibli, les méchants ne sont pas aussi terribles qu’on ne pense, et ce n’est pas celle en charge de s’occuper du faible Sho ou encore son gros matou qui vont donner du fil à retordre aux mini-pouces. Juste l’occasion à Yonebayashi Hiromasa de prouver qu’il maîtrise aussi bien les moments les plus intimistes comme ceux plus spectaculaires. Le film démarre à ce propos superbement, notamment les trois premières confrontations entre Arrietty et Sho, extraordinaires, ou le premier cambriolage orchestré par Arrietty et son père, intense, silencieux, vertigineux. La suite, plus anecdotique malgré la jolie bande-son celtique, reste tout de même bien troussée : entre une mère incapable de garder son sang-froid, un jeune chasseur sans grandes manières, un chat qui fait ronron et de beaux moments humains –humanistes, Arrietty contient suffisamment de beaux moments pleins de légèreté pour convaincre les gros durs, rêveurs et jeunes aventuriers en herbe.



20 janvier 2011
par Xavier Chanoine


info
actions
plus
  • liens
  • série/remake
  • box office
  • récompenses
  • répliques
  • photos
  • bande annonce
  • extrait audio