ma note
-/5

moyenne
3.60/5

Kamikaze Club

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 3nombre de notes: 6nombre de notes: 8nombre de notes: 2

les avis de Cinemasie

3 critiques: 3.75/5

vos avis

16 critiques: 3.84/5



El Topo 4 Le plus beau Fukasaku ?
Ordell Robbie 3.75 Surchauffe
Xavier Chanoine 3.5 Fukasaku déjà en grande forme au service d'un polar efficace
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Le plus beau Fukasaku ?

Blackmail is my life est peut être l’œuvre la plus aboutie de Fukasaku Kinji sur le plan visuel. Si ses réalisations à venir (telles le Cimetière de la Morale) conservent une puissance visuelle inégalée, rarement dans la filmographie du maître on aura vu pareil festival de zooms et travellings audacieux, d’arrêts sur images en pagaille, de passages de la couleur au noir et blanc en passant par le sépia, de cadres obliques, de jeu de focales, d’expérimentations chromatiques (les couleurs du film sont resplendissantes)… Pour un peu, on se croirait dans un film de Suzuki Seijun (explicitement cité à travers le thème fameux de son Tokyo Nagaremono, un an après son éviction de la Nikkatsu, est-ce un hommage ? Une marque de soutien ?) même si Blackmail is my life porte la marque de son auteur de manière patente. Le scénario, écrit en un week-end par Fukasaku et trois de ses amis fait une fois de plus l’expression du vif sentiment de révolte à l’égard de la nouvelle société japonaise et du regard hypocrite traditionnellement porté sur le miracle économique et ses conséquences. Ainsi, l’intrigue (très) classique, quoique emberlificotée par un déluge de flash-back morcelés, n’est qu’une énième évocation de thèmes évoqués dans la plupart des films du Fukasaku 70s. Reste ce qui fait la singularité de Blackmail is my life, sa richesse plastique donc, mais aussi le ton très « bright sixties » entre score jazzy et ambiance de clubs, le souffle d’audace et d’insouciance qui parcoure la première partie du film, et quelques morceaux de bravoure de tout premier choix à l’image de la scène des cocktail molotov (au montage assez ahurissant). En bref, Blackmail is my life constitue une œuvre de plus à ranger du côté des classiques de Fukasaku, plus pour sa forme éclatante que son fond puisque la diatribe socio-politique de Fukasaku trouvera sa pleine mesure quelques années plus tard, notamment au sein du genre codifié du Yakuza-eiga.

06 mars 2004
par El Topo




Surchauffe

Blackmail is my life, c'est déjà du pur FUKASAKU bien avant ses chefs d'oeuvre seventies. Déjà parce qu'on y retrouve ses thèmes favoris: la vision au vitriol du miracle économique japonais au travers de personnages marginaux et butés -ici des maîtres chanteurs qui veulent s'approprier l'argent généré par le décollage économique du Japon à leur manière forte-, les fortunes douteuses qui ont pu naître sur les ruines du Japon de l'immédiat après-guerre, la dénonciation des liens entre le monde des yakuzas et le milieu politique. Et aussi pur FUKASAKU dans son style. Parce que le film est un des plus expérimentaux stylistiquement du bonhomme, une oeuvre qui peut s'apprécier en tant que festival du style FUKASAKU. Ici, tout est surmultiplié: les caméras à l'épaule, les coups de zooms, les fameux téléobjectifs qui ont fait la réputation du cinéaste, ses cadrages penchés, ses arrêts sur image reproduits à l'infini.

Et qu'à cette expérimentation-là s'ajoute celle sur les couleurs: on passe ici du noir et blanc à la couleur en plein milieu d'un flash back, les effets de style cités plus haut sont parfois combinés à des filtres monochromatiques. Oui, c'est de la surenchère qui n'a rien à envier aux multiples coups de zooms de certains giallos signés FULCI mais elle finit par emporter le morceau. Surtout lorsque FUKASAKU n'hésite pas comme son compère SUZUKI à nous traîner dans les boites en vogue d'un Japon pop où les riffs rock'n'roll déchirent l'atmosphère ou à filmer des jets de cocktails molotov dans le noir. La limite c'est que FUKASAKU cherche aussi à faire sa surenchère sur le plan narratif en multipliant les flashbacks au risque de finir par rendre le récit embrouillé et de négliger de vraiment développer sa dimension politique qui affleure parfois derrière le déjà vu de film noir. Heureusement qu'un casting béton comme à l'habitude chez le cinéaste -MATSUKATA Hiroki, TANBA Tetsuro- permet au spectateur de s'attacher aux personnages malgré tout. Et puis quel plaisir de réentendre le thème musical de Tokyo Drifter...

Mineur et baclé d'après son auteur, il s'agit pourtant d'un jalon essentiel de son oeuvre d'un point de vue stylistique.



06 mars 2004
par Ordell Robbie




Fukasaku déjà en grande forme au service d'un polar efficace

A l'heure où Fukasaku était bien loin de sa période la plus créative, il signait déjà un brûlot efficace contre la société et l'économie du pays, dans une époque semble t-il contemporaine. Kamikaze Club c'est l'histoire de quelques paumés aux idées utopiques, anarchistes et inconscients de leurs faits et gestes. Pour gagner leur vie aisément, ils décident de monter complots et chantages contre la mafia locale afin d'y récupérer par la suite quelques millions de yens. Fukasaku dépeint au travers de ce portrait sociétal une situation accablante : les majors sont corrompus, les brigades de police sont incapables et les journalistes vont jusqu'à espionner leurs hôtes sans le moindre scrupule et la gente modeste peut s'attaquer à n'importe quel bandit. Tout est possible et Fukasaku le démontre avec un regard non sans ironie : le récit désenchanté est ponctué par la voix off du héros principal, Muraki, ancien barman et laveur de chiottes, narrant avec humour son propre destin. Cette idée de mise en scène est dans l'ensemble merveilleuse et réussit à nous décrocher quelques sourires notamment lorsque Muraki reconnaît sa parole de travers envers un boss yakuza lui proposant d'acheter son silence : "Tu n'as rien entendu", Muraki saisit le billet, poursuit par un impertinent "Je ne peux rien vous garantir", arrêt sur image Fukasakien et Muraki en voix off de dire "Là, j'avais dit une connerie". S'en suit un passage à tabac renversant dans tous les sens du terme. Cette technique de mise en scène et cette approche décalée du polar traditionnel ne tarderont pas à représenter le style si cher de son auteur qui même quarante ans après n'a pas perdu le centième de sa modernité, où audaces formelles débridées et propos particulièrement virulents en marge de la société étaient la marque de fabrique, le repère des cinéastes de la nouvelle vague enclenchée par Oshima et Masumura.

D'ailleurs le rapprochement entre Kamikaze Club et l'oeuvre débutante d'Oshima est précieux, là où Oshima dressait un portrait nihiliste et utopique de la jeunesse, Kamikaze Club ne fait que le confirmer huit ans plus tard (les dix premières minutes explicites montrent des "jeunes" qui en ont marre), ce qui explique aussi le côté avant-gardiste d'Oshima sur la société, sur son pays. Il est aussi intéressant de noter la volonté de Fukasaku de codifier un genre nouveau, d'imposer un style au polar traditionnel par son savoir-faire évident, souvent hallucinant compte tenu de l'époque à laquelle le film a été tourné. Nous ne sommes pas dans les midseventies et pourtant Fukasaku livre un véritable récital de ce qu'il entreprendra à l'avenir sans pour autant le magnifier davantage. Tout son cinéma est déjà bien là, ses téléobjectifs nombreux, ses basculements de caméra, ses changements de couleurs donnant un surplus d'âme poétique aux flash-back, ses féroces arrêts sur image et son montage cut mais cohérent apportent un nouveau souffle au cinéma de genre. Enfin, évoquons les deux superbes titres d'exploitation, "Blackmail" est sa définition du chantage explicitée par le héros lui-même "faire chanter c'est ma vie" et Kamikaze Club pour l'inconscience et l'utopie des actes. Ils reflètent parfaitement l'esprit originel et le climax voulu par le cinéaste, nihiliste au possible et au final désenchanté. Tout le monde ne peut pas s'attaquer au milieu sans être sûr d'y perdre des plumes, mais quand on est jeune, tout semble possible. Oui, tout "semble"...

26 septembre 2007
par Xavier Chanoine


achat
info
actions
plus
  • liens
  • série/remake
  • box office
  • récompenses
  • répliques
  • photos
  • bande annonce
  • extrait audio