ma note
-/5

moyenne
2.66/5

Succession par l'épée

nombre de notes: 1nombre de notes: 1nombre de notes: 2nombre de notes: 1nombre de notes: 1nombre de notes: 3nombre de notes: 12nombre de notes: 1nombre de notes: 0nombre de notes: 0

les avis de Cinemasie

4 critiques: 2.19/5

vos avis

18 critiques: 2.53/5



Alain 1
Anel 3
Ordell Robbie 1.25 Pas beaucoup à sauver dans ce sous-produit de la vague wu xia du début des 90s.
Xavier Chanoine 3.5 Hilarante comédie Kung Fu.
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Hilarante comédie Kung Fu.

Aussi léger qu'un tissu qui vole dans les airs, aussi tranchant qu'un sabre bien aiguisé, Succession par l'épée évoque les grandes heures du film de Kung Fu en jouant avec les mécaniques habituelles du genre, tout en apportant un vent de fraîcheur bien dépaysant dans un paysage bien répétitif tenu par les éternels ersatz de Zu. La différence est que le film d'Eric Tsang ne se prend jamais au sérieux et joue avec les codes du cinéma romantique et du film martial classique pour masquer un fond véritablement comique. Coup de poing en direction d'un genre trop souvent rabâché et donc sans surprise? Ou véritable démarche sincère de casser l'image d'un genre? Succession par l'épée est en fait un peu des deux. Explications.

On attaque fort chez Tsang. L'introduction étonne par sa rage et sa dynamique proche d'un Zu où le tissu peut s'avérer être une arme bien efficace si l'on maîtrise un temps soit peu l'art du textile. D'une beauté palpable, les énormes pans de tissus roses jaillissant des terres se marient avec grâce et élégance avec les nombreux sauts à la renverse des protagonistes, en l'occurrence le passager Miu Kiu-Wai et la surprenante Man Cheung que l'on retrouvera un peu plus tard dans le récit, dix-huit ans précisément. C'est cette introduction barbare mais néanmoins élégante qui lance le récit, où les deux combattants décident de se revoir dix-huit ans plus tard pour un ultime combat qui les départagera : celui de leurs enfants respectifs. On y découvre alors un Andy Lau dans la peau d'un guignol malicieux, guère futé en apparence mais pointilleux à souhait dans sa démarche de conquérir la belle Brigitte Lin, intouchable personnage maîtrisant les arts martiaux.

Ces dix-huit années plus tard laissent donc le côté raffiné et esthétiquement ravageur de l'introduction (dont un certain Jiang Hu s'en inspirera pour ses nombreux combats) pour d'avantage s'attarder sur la bonne comédie cantonaise populaire. C'est alors l'occasion pour Eric Tsang d'enchaîner les blagues grasses, les nombreuses fourberies et autres tours de magie (le faux bras de Fishy entre autre) qui peuvent paraître lourdes pour certains, comme terriblement hilarantes pour d'autres, c'est selon. En première ligne, le personnage Lee (interprété par le génial NG Man-Tat) et ses nombreuses allusions au sexe, repoussant sa femme à cause de son physique difficile pour se laisser aller aux plaisirs les plus simples en se gavant d'aphrodisiaques en tout genre, jusqu'à verser dans la zoophilie pure et simple lors d'un hilarant malentendu au sujet d'une jument.

Si le scénario étonne par sa fluidité et sa dynamique attrayante, on ne peut pas en dire autant de son originalité. Vague histoire de vengeance et d'amour sous fond de film martial (étrangement, les combats ne sont pas plus nombreux que ça), rehaussée ceci dit par un humour ravageur et des personnages sournois (Francis NG et son regard de braise). A l'image d'un Zu dont il partage finalement beaucoup de points en commun sans pour autant lui faire de l'ombre ou le calquer, la mise en scène étonne par sa variété et son montage frénétique. Les artisans Hongkongais ont décidément ça dans le sang, quitte à rendre farfelu la moindre des séquences, grossir comme jamais le moindre personnage, qu'importe du moment qu'il y a un rythme et une folie ambiante, crayonnant au gros feutre les grandes lignes des opéras chinois, grosse source d'inspiration.

31 janvier 2007
par Xavier Chanoine


achat
info
actions
plus