ma note
-/5

moyenne
3.69/5

Le Sens du Devoir 4

nombre de notes: 0nombre de notes: 0nombre de notes: 1nombre de notes: 1nombre de notes: 1nombre de notes: 2nombre de notes: 5nombre de notes: 16nombre de notes: 13nombre de notes: 11

les avis de Cinemasie

9 critiques: 3.44/5

vos avis

41 critiques: 3.88/5



Anel 3.5
drélium 4.25 De la grosse baston bien burnée. Un sommet du genre qui arrache.
François 3.75 Encore plus survolté que le précédent opus, voici 1h30 d'action non-stop avec D...
Ghost Dog 1.5 Un tout petit polar
Ikari Gendo 3.75 Snif, que c’est émouvant ce monde idyllique où tout n’est que prétexte à combat...
jeffy 4.25 Le meilleur d'un certain cinéma d'action
MLF 3.75
Ordell Robbie 2.75 une série B d'action ultramanichéenne mais sans humour lourd ni longueurs
Ryoga 3.5
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Encore plus survolté que le précédent opus, voici 1h30 d'action non-stop avec Donnie Yen en bonus

Avec la D&B, pas de chichi, pas de blabla, vous voulez de l'action, vous allez en avoir. Les scènes d'exposition n'existent pas (accrochez vous au début, ça va tellement vite qu'on peine à suivre...), les dialogues sont minimalistes (il y a quand même une scène avec plus de fond au milieu du film quand le suspect rend visite à sa mère). Le reste du temps, ça court, ça se bat beaucoup, et plutôt bien. Il faut dire qu'il y a du beau monde: Cynthia Kahn continue de taper sur tous les mecs qu'elle croise, plus une femme pour la route... Ses combats sont assez réussis et elle y met toujours autant de coeur. A ses côtés débarque Donnie Yen, encore plus énergique, qui nous livre quelques combats époustouflants. Même le suspect, avec son air tranquille, sait se battre. En fait, dans ce film, tout le monde sait se battre, c'est à peine croyable. Seul Michael Wong passe pour un débutant... Et encore, avec quelques body doubles, il participe grandement au fritage général.

Le scénario n'a rien d'extraordinaire, et n'évite pas le petit côté anti-américain... Ne cherchez aucun élément de finesse, c'est action action action. Pas de sexe, pas de romance (même si à un moment on se dit 'ahhh, Donnie et Cynthia... ahhh... ah non, finalement'), pas de message idéologique, que de l'action. Au moins, on n'est pas trompé sur la marchandise. Les évènements s'enchaînent comme dans un rêve pour accumuler les scènes d'action. Ca en devient complètement irréaliste mais surtout ça permet de maintenir un rythme d'enfer. On aime.

La réalisation de Yuen Woo-Ping est de bonne qualité, avec des vrais cadrages de combats, des plans assez longs pour montrer les qualités de combats des acteurs et surtout une dynamique certaine. Mention spécial à Donnie, monté sur 100 000 Volts et qui surpasse Cynthia Rothrock (dans Yes Madam !) pour la brutalité policière. N'oublions la petite musique au synthétiseur enfin de retour après un numéro 3 qui l'avait omise. On revient bien aux sources de la série pour notre plus grand plaisir. On retrouve bien sûr des acteurs des deux premiers épisodes, comme Michael Wong (pour un rôle différent de Royal Warriors of course) et l'acheteur du faux passeport de Yes Madam !.

Donc au final, pas de surprise, le film n'aura jamais d'Oscar, ni ses interprètes, mais bonjour la distribution de chataîgnes...



22 octobre 2000
par François




Un tout petit polar

Du fait de ses invraisemblances, de la pauvreté de son intrigue et de la mollesse générale d’une bonne partie du film, Le sens du devoir 4 déçoit. Combien de situations fabriquées, combien d’incohérences et de facilités de script, combien de rebondissements attendus sont utilisés ici ? Le nombre est sans doute impressionnant et plombe dès le début l’objectif de divertissement annoncé. On peut en effet difficilement pardonner à Yuen Woo Ping les trop fréquentes arrivées opportunistes de Cynthia ou de Donnie sur le lieu des combats pour se mêler à la danse, les sauts sur les toits avec un joli matelas à la réception, la scène super lourde chez la mère du travailleur clandestin ou encore le bris de vitre sans aucun reste de verre…

Excepté la scène finale où l’on pourra se satisfaire d’affrontements variés, énergiques et plutôt inventifs, il n’y a en définitive pas grand chose à se mettre sous la dent. Le trio formé par Cynthia, Donnie et Michael ne fait jamais d’étincelles, et l’on est d’ailleurs plus effrayé par les expressions du visage de Cynthia (un air sérieux et déterminé du début à la fin) qu’admiratif… Quant au manichéisme général de l’intrigue, il contribue largement à l’impression négative que m’a laissé ce 4ème épisode d’une série policière pourtant bien entamée.



28 mars 2003
par Ghost Dog




Snif, que c’est émouvant ce monde idyllique où tout n’est que prétexte à combats et où tout le monde sait se battre !

Le Sens du Devoir 4 renoue avec la tradition des premiers opus de In the line of duty. Après un troisième film (Le Sens du Devoir 3) quelque peu en rupture avec les deux premiers volets et tout de même un peu décevant, celui-ci reprend tous les classiques : un coéquipier brutal en la personne de Donnie Yen (les interrogatoires, c’est quelque chose… Et il ne décroche pas un sourire du film), un peu d’humour pour détendre l’atmosphère (la scène chez la mère du suspect est franchement hilarante, le suspect fournit d’ailleurs souvent l’occasion de sourire, tout comme quelques méchants…), un scénario quasi inexistant (simple prétexte à un enchaînement de combats), peu de gun-fights mais kung-fu et cascades à gogo, musique type synthétiseur des années 80… Tout y est (et même Michael Wong, déjà dans Royal Warriors, mais moins impayable que dans le rôle de Bobby qu’il avait alors) !

Côté action (puisque c’est de ça qu’il s’agit), ce film est un must : de très bonnes cascades et surtout des pelletées d’acteurs qui savent se battre (tous sauf Michael Wong en fait, mais comme il est doublé pour les scènes d’action…). Si parfois on se demande un peu par quel miracle tous ces combats se mettent en place (cf. le combat entre Donnie Yen et le méchant black où l’on peut se demander l’utilité de monter sur le toit, ou encore les motards qui arrivent comme par miracle après que Donnie se soit échapper de l’appart de Michael…) et si l’on peut facilement noter quelques incohérences dans le scénario, que l’on ne s’affole tout de même pas trop, c’est pour la bonne cause : montrer 1h30 de baston magistrale ! Inutile de philosopher : c’est de l’action, rien que de l’action, du bon combat sans armes !

Un concentré d’action, 1h30 de kung-fu, une touche d’humour, une jolie héroïne qui sait se défendre et défendre la justice : la recette des In the line of Duty… Et ça prend plutôt bien, pour peu que l’on aime les combats sans trop chercher du côté du scénario !



19 avril 2001
par Ikari Gendo




Le meilleur d'un certain cinéma d'action

Le meilleur d'un certain cinéma d'action... tout simplement, un cinéma qui se moquait un peu du scénario, de la vraisemblance des situations, de la cohérence psychologique des personnages. Ici rien n'a d'importance que l'immédiateté de l'action, l'urgence des affrontements, la préponderance du je fais sur le je suis. C'était il y a 15 ans de celà, un genre qui n'aurait plus de succès aujourd'hui, mais dont l'authenticité reste la meilleure récompense. Regardez ce film pour comprendre ce qu'a pu être le cinéma d'action à Hong-Kong et pourquoi il s'est effondré. Tout y est le bon et le moins bon. Mais après l'avoir vu, on peut se dire un sourie aux lèvres "ça c'était du cinéma".

08 octobre 2004
par jeffy


achat
info
actions
plus
  • liens
  • série/remake
  • box office
  • récompenses
  • répliques
  • photos
  • bande annonce
  • extrait audio