ma note
-/5

moyenne
3.59/5

Hero

nombre de notes: 4nombre de notes: 0nombre de notes: 1nombre de notes: 3nombre de notes: 8nombre de notes: 11nombre de notes: 21nombre de notes: 14nombre de notes: 36nombre de notes: 42

les avis de Cinemasie

18 critiques: 3/5

vos avis

122 critiques: 3.74/5



==^..^== 4.5 Une épopée époustouflante
Alain 3.75
Anel 3
Archibald 4 Le film confirmant la naissance d'une nouvelle génération de wu xia pan
Arno Ching-wan 1.25 Propagande primaire au joli papier glacé
drélium 3.5 Outrageusement complaisant, long et creux mais Monstrueusement beau et maîtrisé.
Flying Marmotte 4 Une belle épopée toute en couleur... et Maggie Cheung... sublime...
François 4.25 Une tuerie esthétique, même si politiquement complaisant.
Ghost Dog 3.25 Un kung-fu hypnotique… mais dangereux
jeffy 5 Eblouissant, le film parfait...
Junta 4.5 Sublime…
Marc G. 0 Propagande primaire
MLF 2.25
Ordell Robbie 1.75 Vitrine Trompeuse
Tenebres83 1.5
VincentP 4
Xavier Chanoine 2 Artistiquement somptueux, mais d'une lourdeur assommante
Yann K 1.5 Beurk
classer par notes | date | rédacteur    longueurs: toutes longueurs moyen et long seulement long seulement


Une épopée époustouflante

Comment dire... Pendant ce film, se sont pratiquement tous les sens qui sont les plus sollicités. Les effets de vitesse, les bruits, la musique, les couleurs, les mouvements des vêtements, tous est là pour donner l'impression d'être directement au coeur de l'action. Parfois on sentirait presque l'étoffe des costumes nous caresser... Vraiment une excellente mise en scène.

Quant à l'histoire, rien à redire. Au départ, cette répétition des explications devient quasiment irritante, parce que l'on ne sait pas encore ou le régisseur veut en venir, mais avec le temps, le voile se dissipe et on finit par mieux comprendre les intentions des personnages. Pour finalement découvrir qu'il ne s'agit pas de l'histoire d'un héros mais de plusieurs héros.

Quant à l'action, bien qu'omniprésente et toujours aussi caractéristique voir exubérante pour un spectateur inhabitué, elle passe quasiment au second plan. La chorégraphie des combats est sans contestations irréprochable et joue un rôle important dans cette sensation de volupté que donne le film. De cette manière elle finit par se fondre dans le décor. Et c'est à mon avis un plus par rapport à Tigre et Dragon où un oeil novice peut assez vite se laisser déconcerter.

Une heure et demi de plaisir!



16 janvier 2005
par ==^..^==




Le film confirmant la naissance d'une nouvelle génération de wu xia pan

Flying Snow (Maggie Cheung)Rouge : Colére
- Il est effectivement vrai que Hero est un film complaisant de par la tenue de son propos, ce qui a vite fait de nous rapeller où l'on est : en Chine où il est bien vu d'adopter un ton frisant le nationalisme, comme ici.

Broken Sword (Tony Leung Chiu-Wai)Bleu : Respect
- Le film est magnifique, trop pour certains, du jeu des acteurs, des chorégraphies, en passant par les costumes, les décors, les musiques (l'utilisation du erhu (violon chinois) est tendancieuse mais harmonieuse néanmoins) jusqu'à la photographie et la mise en scène. Un bijou visuel et artistique du début à la fin.

Flying Snow & Broken SwordVert : Souvenirs
- Nous sommes bien loin des Wu Xia Pan à l'ancienne, pour le pire (claires intentions d'internationalisaion, ton parfois "auteurisant"...) comme pour le meilleur (technique et beauté visuelle bien supérieures, décors et costumes magnifiques...).

Flying Snow (Maggie Cheung)Blanc : Vérité
- Ce film est un chef d'oeuvre dans le style qui est le sien mais cela bien sûr n'est que mon opinion purement personelle et subjective. La vérité par contre, si l'en est une, est que Hero, eclipsé à tort par l'ombre persistante de Tigre et Dragon pourtant bien moins proche et représentatif de l'imaginaire et de la culture chinoise que ce film de Zhang Yimou, affirme un nouveau style de films de sabre épiques.

Nameless (Jet Li)Noir : Espoir
- Après l'énorme succés de T&D partout dans le monde, après une exportation tout a fait convenable de celui-ci et surtout au vu des productions sino-hong-kongaises à venir, Hero applique sinon définit les codes d'un genre qui semble être celui de demain.



18 août 2005
par Archibald




Outrageusement complaisant, long et creux mais Monstrueusement beau et maîtrisé.

C'est tout de même une bonne surprise car je m'attendais au pire, il n'est d'ailleurs pas loin là dans les grandes lignes, d'une prétention qui n'a d'égal que le vide scénaristique, mais je passe outre car il faut le redire, le traitement visuel, les moyens mis en oeuvre pour les décors, les costumes, les effets, , les chorégraphies même, etc, sont vraiment sublimes. Pour accompagner cela, les acteurs sont tous plus beaux les uns que les autres. L'image est pure et belle, le thème des 4 couleurs est utilisé au maximum et apporte beaucoup de charme à cette super production, clip publicitaire à grande échelle.

Décidément, le classicisme de Zhang Yimou ne canibalise jamais sa maîtrise à réaliser des films somptueux.

11 novembre 2003
par drélium




Une tuerie esthétique, même si politiquement complaisant.

Tony LeungHero est peut-être à l'image de ce qu'il faut attendre du futur cinéma chino-Hong-Kongais. Les moyens sont là et autorisent une technique au niveau des plus folles idées. D'un autre côté, l'aspect politiquement correct devient une nécessité. C'est donc un mal pour un bien.

Pour nous autres occidentaux pas forcément très au courant de l'histoire de Chine, le mal n'est pas forcément aussi important. La plupart des personnes ne sauront pas si la vérité historique a été remaniée ou pas. Mais par contre on sait plus ou moins comment tout cela va se terminer. C'est sûrement le plus gros défaut du film.

Si l'on passe outre cette obligation de rester politiquement correct, le reste est un vrai spectacle pour les yeux et les oreilles, même si la lenteur bien peu Hong-Kongaise et le côté très (trop?) esthétisant viendront en rebuter beaucoup. Mais on ne peut pas considérer ça comme un défaut, simplement c'est un parti pris de Zhang Yimou. Hero est une espèce d'anti-Swordsman 2: c'est ultra-sérieux, c'est lent, la technique remplace les astuces. Mais il ne faut pas voir ça comme un défaut non plus, c'est plutôt une autre manière de voir le Wu Xia Pian, un peu comme Ashes of Time l'avait été en son temps.

Maggie CheungSi l'on passe outre l'aspect politique de l'histoire, les fans de récit martiaux (à la Prodigal Son ou Duel to the Death) trouveront à boire et à manger dans ce récit, même si le remontage de Miramax simplifie sûrement un peu trop les relations. Grâce à son récit à multi-flashbacks, Hero aborde les personnages selon plusieurs angles, évitant ainsi l'ennui en raison de sa lenteur. Avec un récit linéaire le film aurait été un bel objet très froid.. Ici on s'amuse à suivre les histoires parallèles et les férus de philosophie martiale trouveront de l'intérêt à ces histoires, même si l'aspect politique vient "pervertir" les personnages. Cependant, Hero est un des seuls films d'arts martiaux qui réussit à intégrer correctement une histoire d'amour dans un contexte martial, c'est déjà notable. On attend donc de voir le VRAI montage pour juger de cette histoire à multiples personnages.

Autre point fort, le choix de Ching Siu-Tung comme chorégraphe. Avec des acteurs non martiaux au casting comme Tony Leung ou Maggie Cheung, il s'imposait évidemment comme le meilleur choix. De plus, ses arabesques complètement irréalistes se marrient bien avec l'aspect visuel très poétique recherché par Zhang Yimou. Et aidé par les moyens techniques, il peut se permettre de ne plus utiliser des astuces de montages comme il y a 20 ou même 10 ans. Tous les combats ne sont pas parfaits, loin de là, le premier entre Jet Li et Donnie Yen est même plutôt décevant car les choix esthéthiques (noir et blanc, ralentis, mouvements de caméras) ne sont pas en faveur de la lisibilité. Et le style hésite entre sol et vrai câblé "Ching Siu-Tung", donc on reste un peu sur sa faim. Mais les autres affrontements délivrent quelques passages que les fans de Siu-Tung se repasseront en boucle. Hero délivre tout simplement certains des plus beaux passages de combat jamais vus sur un écran. Il est évident que j'ai un parti-pris en la matière, considérant Ching Siu-Tung comme le plus grand chorégraphe de l'histoire. Mon affection pour le film s'en ressent immédiatement.

Quant au casting, Donnie Yen passe un peu inaperçu avec un rôle très court, Zhang Zi-Yi se retrouve un peu en marge du trio principal (plus en raison d'un rôle batard que de ses capacités), Jet Li est un peu limité par son jeu dramatique, Maggie Cheung et Tony Leung sont superbes. Peut-être que la version longue étoffera le personnage de Sky (interprété par Donnie Yen) ou donnera un peu plus de profondeur à celui de Zi-Yi, mais j'en doute fort. Le récit ne se porterait pas plus mal sans ces deux personnages.

Zhang Zi-YiEnfin, on peut parler de la réalisation de Zhang Yimou, évidemment très lente comme à son habitude, mais sans que cela ne pénalise trop le film. Certains choix de réalisation sont discutables pendant les combats, mais globalement il n'y a pas grand chose à redire. C'est très propre, sans génie aucun, le talent de Yimou n'étant assurément pas dans la réalisation. La photo de Christopher Doyle est évidemment superbe, et la musique déçoit en évoquant beaucoup trop Tigre et Dragon. Le budget très comfortable permet quant à lui des scènes qu'aucun Wu Xia Pian n'avait jamais montré. Fini les dix soldats qui se battent en duel, ici on peut montrer 50 000 archers qui attaquent une ville. A grands renforts d'effets spéciaux évidemment, mais au moins ceux-ci sont utilisés pour faire ce qui humainement n'était pas envisageable.

Au final, Hero n'est évidemment pas parfait, certains pesteront contre l'aspect politique bien propre sur lui, sur la volonté d'en mettre plein la vue, sur le côté assez froid du film, d'autres sur les délires de Ching Siu-Tung et le rythme. Mais on ne peut enlever au film ses richesses techniques et esthétiques, ni son scénario un peu plus malin que la classique histoire de vengeance. Attention, cela reste avant tout et surtout un film VISUEL. La patte Ching Siu-Tung est comme toujours le gros plus du film, donc les allergiques à un Duel to the Death peuvent passer leur chemin, de même que ceux qui recherchent le rythme trépidant et les bricolages de génie des Wu Xia Pian Hk des années 90. Hero est définitivement d'un style nouveau, un Tigre et Dragon nettement plus oriental, conçu pour le plaisir des yeux et des oreilles, même si cela va avec une idéologie chinoise pas forcément très facile à adopter.



28 février 2003
par François




Un kung-fu hypnotique… mais dangereux

En l’espace de quelques années, 3 des plus grands auteurs asiatiques habitués jusqu’alors aux chroniques sociales ont eu envie de se lancer dans un film d’action sauce kung fu mâtiné de monumentalisme à la Kurosawa tout en plongeant dans l’Histoire ancienne de la Chine : Ang Lee et son poussif Tigre et Dragon, Chen Kaige et son laborieux l’empereur et l’assassin, et maintenant Zhang Yimou, qui a enchaîné depuis avec Le secret des poignards volants.

Dans les 3 cas, l’essai n’est pas franchement convaincant. Hero a pourtant beaucoup d’atouts pour lui, à commencer par un casting royal réunissant les stars HK les plus en vogue du moment, une somptueuse photo et une narration maligne qui mélange le vrai et le faux avec une certaine subtilité. D’autre part, les combats sont assez hypnotiques grâce à une mise en scène et un score très stylisés, et il est vrai que l’on ressent rarement cette sensation devant ce genre de film. Mais quelque chose cloche cependant : ce quelque chose, c’est tout d’abord ces tentatives ratées de combats câblés trop visibles ou d’effets de style inutile (l’apparition du noir et blanc dans une scène de concentration) ; c’est surtout une grosse prétention clairement affichée de film-à-message-qui-se-prend-au-sérieux sur un sujet très controversé, à savoir le soutien sans nuances d’une Chine réunie pour son plus grand bien. Difficile de ne pas penser que Hong-Kong, Taiwan et le Tibet ne sont pas dans le collimateur…



30 septembre 2004
par Ghost Dog




Eblouissant, le film parfait...

Rarement (jamais ?) un film a été aussi réussi. Acteurs, photographie, mise en scène, musique tout est du meilleur niveau. L'esthétique est telle que chaque image se savoure pour elle-même. Jamais je n'ai vu une performance d'un tel niveau et aussi homogène de l'ensemble des acteurs (même Jet Li y est plus acteur qu'artiste martial). La mise en scène de Zhang Yimou utilise parfaitement à la photographie de Christopher Doyle pour créer une atmosphère lyrique et tragique. Simplement magique...

12 mars 2003
par jeffy




Sublime…

Hero est le genre de superproduction qui fait plaisir à voir et qui donne de l’espoir. Plaisir à voir car c’est un régal visuel de tous les instants et qui donne de l’espoir car les wu xia-pian du nouveau millénaire ne seront pas visibles qu’en format télévisé.

L’histoire est celle d’un assassin « inconnu » qui va chercher à tuer l’empereur qui réunira les différents peuples de Chine et qui fera construire la grande Muraille.

Le casting est impressionnant, tous les acteurs trouvent le ton juste. Jet LI Lianjie prouve à ses détracteurs que lorsqu’il est bien dirigé et qu’on lui donne un rôle dans ses cordes, il peut être convaincant. Tony LEUNG Chiu Wai, fidèle à lui-même est d’une grande sobriété, il confirme à chaque film qu’il est bien l’un des grands d’HK. Niveau féminin, Maggie CHEUNG Man-Yuk resplendie, je ne la trouve pas spécialement belle mais quand on la voit dans In The Mood For Love ou encore ici, on peut dire que aussi bien Wong Kar-Wai que ZHANG Yimou parviennent à la sublimer de manière magistrale. ZHANG Zi-Yi est plutôt en retrait, elle joue une fois de plus sur le registre de la jeune effrontée mais pas seulement, Yimou nous montrant ainsi sa parfaite direction d’acteur. Donnie YEN Chi-Tan qui a un tout petit rôle est dans la veine de ses partenaires, dommage que son personnage ne soit pas plus exploité.

La réalisation est grandiose, le seul bémol vient de la musique, non pas qu’elle soit mauvaise cependant elle ressemble trop à celle de Tigre et Dragon (qui était très belle soi-dit en passant). Le reste est totalement magnifique et complètement envoûtant.

Les combats sont d’une splendeur à vous couper le souffle, Tony CHING Siu-Tung s’est lâché et ça fait mal ; c’est aérien, c’est gracieux, c’est un véritable ballet en apesanteur. Les affrontements sont continuels, le film est une suite de combats, malgré cela Hero est très lent car les différentes joutes aériennes ne sont pas ultra nerveuses comme en 93-94 et sont pour la plupart filmées au ralenti ce qui leurs donne un caractère hypnotique. Comment ne pas rester bouche bée devant une telle démonstration de talent combiné ?

Bien que je trouve la fin trop « bien pensante » avec un discours bien nationaliste, le scénario est intéressant et développé de manière originale suivant 3 points de vue différents. Chaque vision aura ses couleurs spécifiques et Christopher DOYLE à la photographie nous offre une avalanche de couleurs plus somptueuses les unes que les autres.

Hero est donc un enchantement de chaque instant, cependant ceux qui n’ont pas aimé T&D n’aimeront pas Hero car même s’il n’y a pas de scènes contestées à l’image du passage dans le désert, le style de la mise en scène et l’aspect grande fresque font que les 2 films se rapprochent. Je ne renie en rien les anciens wu xia-pian, cependant il semble bel et bien que cette époque soit révolue et si tous les nouveaux wu xia-pian sont de cet acabit, et bien je suis preneur à 100%.



03 mai 2003
par Junta




Vitrine Trompeuse

D'un strict point de vue technique ("belle" photographie, virtuosité de mise en scène), Hero est très supérieur à tout ce que Hong Kong a pu faire rayon wu xia pian. D'un point de vue artistique, c'est une autre histoire. Car les très grandes qualités techniques du film sont mises au service d'un calcul pour ratisser large, pour tenter de plaire aux festivals en faisant de l’artistique comme d’autres fabriquent leurs slogans publicitaires tout en offrant assez de soupe blockbustérienne pour que le succès public s’ajoute au « prestige » artistique.

Commençons par la face « auteur » de la chose. Dans une récente interview accordée pour la sortie française de Loin du Paradis, Todd Haynes évoquait ce qui faisait selon lui la force du cinéma de Sirk: "Lorsque vous gelez des images des films de Sirk sur votre téléviseur (...), on pense voir une simple histoire domestique. Puis on regarde les plans et on se rend compte qu'ils sont incroyablement radicaux. La lumière, les ombres sont extremes et vous ne le remarquez même pas pendant le visionnage ce qui est la marque des grands films.". Hero est un peu une démonstration par l'absurde de cette constatation. Lors du premier combat Jet Li/Donnie Yen, Jet Li évoque en voix off le combat intériorisé qu'il livre à son adversaire. Le combat qui suit est intérieur mais Yimou souligne par un usage du noir et blanc afin de bien différencier les phases de combat ce que le spectateur sait déjà. Sans compter que la scène comporte des éléments qui font double emploi au lieu de se compléter: la musique évocatrice de zen, le jeu intériorisé des acteurs et la lenteur de réalisation encore évocatrice d'une certaine sagesse "à l'asiatique" Au rayon des doubles emplois, on a également la photographie qui est souvent de la meme couleur que les vetements portés par les personnages et donc souligne inutilement la portée symbolique des couleurs des vetements.

Les vetements ne sont certes pas toujours dans le meme ton de couleur que la photographie probablement pour créer de "subtils" contrastes: sauf que l'aspect monochrome de l'image rend l'effet hypervisible et du coup lui fait perdre sa puissance. Yimou utilise en outre des effets de mise en scène qui servent dans le cinéma de genre (western spaghetti et chambara surtout) à soutenir un crescendo dramatique lors de combats ou de face à face: les plans de feuilles qui sont soulevées lors du duel Maggie Cheung/Zhang Ziyi, les plans sur les gouttes d'eau tout le long des combats du film, les caméras suivant les flèches, les ralentis, les plans sur les pétales de fleur, l'atterrissage des flèches, le plan insistant sur Tony Leung dessinant un caractère. Mais le parti pris d'un wu xia pian intériorisé se dresse en obstacle à la création de dramatisation dans les combats (par le montage –la lenteur n’est pas créatrice de tension dramatique comme chez Leone ou d’ampleur épique comme dans le meilleur cinéma américain à grand spectacle classique mais juste là pour donner un cachet « zen » au produit fini-, la musique…) aux abonnés absents ici. Privés de la montée en puissance autour de laquelle ils se construisent, ces choix de mise en scène paraissent dès lors simplement du maniérisme dans le mauvais sens du terme (reprendre des formes existantes non pour leur donner un autre sens comme chez De Palma mais seulement pour les vider de leur sens).

Cette volonté claironnée à chaque plan de vouloir « faire artistique » se retrouve malheureusement dans la structure narrative : là où les diverses versions d'un meme fait par des personnes différentes offrent dans Rashomon une méditation sur la relativité de la notion de vérité, le procédé est bien moins intéréssant chez Yimou (il aboutit à une vérité, celle des officiels), du procédé de petit malin ne fonctionnant qu'à la première vision, ne menant à rien d’autre qu’à alourdir le récit par une structure en forme de baudruche se dégonflant sur la fin. Tout ce calcul à la petite semaine se retrouve aussi dans le désir du film de faire de la fresque shakespearienne à la sauce wu xia pian –du Ran chinois en somme, film dont il reprend la costumière- qui le rend au final lourd et pénible. Rayon acteurs, un Jet Li impassible trouve son meilleur role depuis des lustres (pas difficile...), Donnie Yen est correct, Tony Leung et Maggie Cheung jouent bien mais on les a vus plus inspirés et Zhang Ziyi oscille ainsi entre un trop plein de retenue inexpressive et un style de jeu qui se veut tragique mais ne semble au final qu'empesé et dans un contexte plus "sobre" que le wu xia pian HK habituel les cris lors des combats semblent forcés. Le jeu de l'acteur qui incarne l'empereur est quant à lui constamment dans un registre shakespearien lourd et peu inspiré.

Au calcul festivalier s'ajoute le calcul commercial. La musique du film évoque par sa lourdeur le pire blockbuster historique pompier us: on passe de mélodies au violon en forme de Tigre et Dragon en moins bien à un usage lourd et assommant des percussions ou à des passages new age et les choeurs du film évoquent par leur emphase les choeurs de l'Armée Rouge. En outre, le final très politiquement correct fait retomber en queue de poisson la réflexion sur l'héroïsme du film et ne soutient pas la comparaison avec celui d'un Romance of Book and Sword. Si contrairement aux blockbusters coréens et thaïlandais ses thèmes sont imprégnés de culture locale (les références à la philosophie martiale et à la culture chinoise qui sont justement parfois archiconvenues comme la description des points communs et des différences des arts martiaux et de la musique ou cliché de carte postale comme l'art de l'écriture, bref là encore le tape à l’œil n’est pas absent), le film reprend pour les remettre au goût asiatique du jour les travers des mauvais blockbusters américains. Et comme déjà dit plus haut, son absence de dramatisation des combats l’empêche d’avoir le minimum syndical d’efficacité dans les scènes d’action qu’on attend d’un blockbuster. Dommage parce qu'au milieu de cette roublardise on trouvait quelques idées potentiellement intéréssantes (le wu xia pian immobile et intériorisé représentant une direction plus neuve que celle d'Ang Lee, le fait de ne pas tenter de compenser par un montage speedé des carences martiales et budgétaires comme le faisaient les wu xia pian de l'âge d'or HK).

Au final, à courir deux lièvres à la fois, Hero est raté en tant que version chinoise du blockbuster panasiatique et en tant que film d’auteur. Ce problème se retrouve dans une interview de Yimou où l'on ressent son incapacité à choisir son camp entre film d'auteur et film commercial pour définir son projet. Si avec Hero le cinéma chinois peut espérer briller à l'exportation avec son casting all stars qui ratisse large, à domicile avec ses thèmes typiquement chinois ainsi que dans les festivals du fait de son scénario construit de petit malin, reste qu'artistiquement le film de Zhang Yimou fait pâle figure face à la créativité des Wang Bing, Jia Zhangke ou Jiang Wen. L'attaquer pour son propagandisme -car après tout le cinéma de propagande a ses classiques d'un apport décisif à l'histoire du cinéma- serait alors lui faire trop d'honneur parce que sous-entendre qu'il aurait un intérêt artistique assez fort pour qu'on soit obligé de se placer sur ce terrain-là. Le temps où Yimou faisait souffler un vent de renouveau sur le Cinéma Chinois semble désormais appartenir à un lointain passé...



02 mars 2003
par Ordell Robbie




Artistiquement somptueux, mais d'une lourdeur assommante

Avis Express
Un monument de lourdeur narrative qui n'a d'intérêt que pour sa mise en scène parfois ahurissante. La caméra de Christopher Doyle, aussi légère que ses combattants, capte l'essence même des combats -trop nombreux. Remplissant son cahier des charges du bon représentant post Tigre et Dragon pour l'exportation à l'Occident, Hero compile pourtant les tares notamment dans une interprétation très inégale des stars (tandis que Donnie Yen fait de la figuration, Zhang Zi-Yi est sous-exploitée, Maggie Cheung pose et Tony Leung joue tout simplement mal, reste un Jet Li étonnamment parfait) et dans une esthétisation extrême énervante car à la fois belle et maîtrisée comme jamais mais surlignée à chaque coup d'épée flottante. Kurosawa avait fait chuter son général Washizu avec cent fois moins de flèches et cent fois plus de tension. Dommage.


16 décembre 2008
par Xavier Chanoine




Beurk

4 acteurs fois 4 couleurs = 16 combats. C'était le cahier des charges. Après, il faut trouver une histoire qui justifie cette litanie de combats, avec chacune des stars à égalité. Comme l'argent vient du gouvernement, on l'étale bien pour qu'il soit content (au final, c'est plus proche du Seigneur des Anneaux que de Tigre et Dragon). Mais comme on est un cinéaste autrefois indépendant, on fait croire qu'on fait un film "de contrebandier", comme l'a si bien définit Martin Scorcese, avant de rentrer dans le rang et de faire une ode à la gloire du pouvoir et du reniement, sous couvert d'une pirouette de scénario. Ce n'est pas un film, c'est un discours politique du ministre des finances chinois, un objet mathématique qui pèse dix tonnes, juste lourd et vide pendant une heure et demi, à part quelques moments qui prennent à force de mettre le paquet, puis carrément abject sur la fin. On a l'impression d'avoir été pris en traitre, comme un pervers qui amène l'innocent dans son antre. Hero n'a même pas le courage de s'annoncer comme un intrument de propagande, il doit faire des contorsions pathétiques pour aboutir à sa conclusion. Annoncé comme un succès international avant même de sortir, le film est en fait diffusé quasiment en catimini en France et aux Etats-Unis. Pendant que Yang Zhimou parade sur ce rutilant carosse, ses confrères et parfois anciens amis (ainsi Yu Lik-wai), sont interdits de tournage dans leur pays. Et tant pis s'il faut être aussi lourd que Hero pour rappeler l'état réel du cinéma chinois.

05 septembre 2003
par Yann K


achat
info
actions
plus